Avocat Travail


Travail dissimulé code pénal

Le travail dissimulé et communément appelé « travail au noir » est passible de sanctions pénales. Il peut s’agir d’un travail illégal ou encore d’un travail dissimulé. Toutefois, pour être entendu devant un juge, le plaignant se doit d’avoir toutes les preuves matérielles de ce qu’il avance. Il est donc important de discerner les situations illicites et la répression effective. L’étude https://www.avocats-tours.eu/ à une grande expérience en droit du travail.

Que dit la loi ?

Le travail dissimulé est sanctionné par le Code du travail https://www.vimy-notaires.fr/. L’employeur qui a recours à cette pratique peut encourir des peines de prison et des amendes. Toutefois, les situations où il y a un travail dissimulé sont déterminées par la loi. Il peut s’agir d’un travail dissimulé par dissimulation d’activité ou d’un travail dissimulé par dissimulation d’emploi salarié. Il est porté à tous les employés de s’informer sur la régularité de sa situation au sein d’une entreprise. Dans le cas contraire, le salarié peut demander une réparation de préjudices. Pour cela, il faut demander à voir la déclaration préalable à l’embauche le concernant. Une indemnité de six mois de travail peut-être obtenu en cas de rupture d’un contrat de travail dissimulé. Il vous faudra donc un bon avocat pour vous aider dans vos démarches, vous pouvez en trouvez ici: https://www.cherche-avocat.fr/.

Les situations illégales

Les activités commerciales qui ne sont pas déclarées au registre du commerce sont des cas incriminés. Il est aussi illicite de continuer à faire des prestations de services lorsque la demande d’immatriculation a été refusée. Et si l’employeur ne fait pas la déclaration usuelle aux organismes de protection sociale de son salarié, il est dans une situation de travail dissimulé. L’exercice d’une activité autre que celle déclarée est aussi un délit du code de travail. L’étude suivante en parle d’ailleurs sur son blog: https://www.nk-avocat.fr/. La déclaration préalable à l’embauche est obligatoire pour l’employeur qui vient de recruter un salarié. La déclaration de la rémunération par le biais d’un bulletin de paie est aussi obligatoire. Le non-respect de ces conditions est un délit de travail dissimulé. L’employeur peut être poursuivi dans ces cas pour une infraction fiscale, infraction de travail illégal ou encore une infraction à la protection sociale.

La répression du travail illicite

Le salarié a le droit d’être informé de sa situation au sein d’une entreprise. Et s’il est victime d’un délit de travail au noir, il peut demander un rétablissement de ses droits. Au moment où le contrat de travail illicite doit-être rompu, le salarié peut avoir droit à une indemnisation de six mois de salaire. Il peut aussi demander une réparation de préjudice causée par la dissimulation de son travail. Pour cela, il peut prouver la difficulté à trouver un logement ou à obtenir un crédit. Il peut obtenir des dommages et intérêts de son employeur, le jugement tiendra compte de tous les détails. Outre la sanction pénale que l’employeur peut encourir une fois l’acte illicite prouvé, il a aussi droit à des sanctions administratives.

Des sources d’informations pour en savoir plus sur le sujet: https://www.avocat-journalactu.fr/ et https://www.conseiljuridiquegratuit.fr/.